Quel est le monde que vous préféreriez ?

Quel est le monde que vous préféreriez ? Celui basé sur le profit et le mensonge, ou celui basé sur la liberté et le partage ? Si vous êtes honnête avec vous-même (et avec le reste du monde), il est fort probable que vous opterez pour le second choix. Ou pas.

En informatique, le logiciel propriétaire (ou privateur) est basé sur le 1er choix alors que le logiciel libre fait référence au second choix. En effet, avec le logiciel propriétaire, et peu importe lequel, vous n’avez que la possibilité de l’utiliser (n’oubliez pas que vous ne contractez un contrat qui ne vous autorise que le droit de l’utiliser, une sorte de location à vie).

Alors qu’avec le logiciel libre, qui est la plupart du temps gratuit (le profit, s’il existe, se base essentiellement sur les services qui peuvent tourner autour comme le support et l’assistance par exemple), et selon la licence utilisée (toujours plus libre pour l’utilisateur que n’importe quel logiciel propriétaire), vous avez le droit :

  • de l’utiliser pour tous les usages,
  • de distribuer la version originale,
  • de l’étudier et d’accéder à son code source (comme la recette d’un plat),
  • de le modifier, et de distribuer votre copie modifiée.

La copie du logiciel libre qui est entre vos mains vous appartient (vraiment).

D’un côté vous êtes restreint à l’utilisation d’une boite noire qui peut se permettre de faire des choses à votre insu tout en vous tenant enchainé, et de l’autre vous avez une (presque, selon licence) totale liberté de mouvement avec une éthique respectable (et vérifiable, puisque l’accès au code source existe).

Niveau prix, comme dit plus haut, le logiciel libre est la plupart du temps gratuit, et vous pouvez, selon les cas (entreprise, association, ..) souscrire à une offre de support et/ou assistance comme on peut le faire avec n’importe quel logiciel (ou matériel) informatique. Tous les logiciels propriétaires ne sont pas payant pour autant. Les « Freewares » sont gratuits, et certains « Sharewares » ne demandent pas d’argent, mais sans les avantages indéniables du logiciel libre avec l’accès, au moins, au code source permettant de vérifier son fonctionnement par la communauté (ou par nous si on s’en sent capable) et bien sûr à but éducatif.

Les mises à jours des logiciels libres sont également gratuites (et libres) alors que celles de la plupart des logiciels propriétaires sont payantes. D’ailleurs si vous avez la chance d’utiliser un système d’exploitation libre (type Linux ou BSD par exemple), les mises à jour du système s’accompagnent des mises à jour de toutes les applications installées (sauf celles installées à la main, mais c’est un cas rare), donc tout se fait en une fois (téléchargements et installations), alors que sur un système propriétaire (non mobile, qui fonctionne sur le même principe que ce que font les systèmes libres depuis longtemps), chaque application doit être mise à jour individuellement.

La plupart des logiciels libres sont multiplateforme, c’est à dire qu’ils sont utilisables sur plusieurs types d’ordinateurs (ou tablettes, ou téléphones, c’est la même chose) et sur plusieurs systèmes d’exploitation différents. Par exemple, le navigateur internet Mozilla Firefox, qui est un logiciel libre, peut fonctionner sur un système libre Linux ou Bsd, et aussi sur un système propriétaire Microsoft ou Apple, ainsi que sur les mobiles basés sur le système d’exploitation Android (qui lui même est basé sur Linux, rappelons-le).

Alors que la plupart des logiciels propriétaires sont restreints à ne fonctionner que sur une ou deux plateformes bien ciblées, là où il y a fort probablement le plus d’utilisateurs .. Je me demande bien pourquoi ? Ha bah oui, le profit, j’avais oublié !

N’oubliez pas, si un logiciel est gratuit (et non libre, c’est important), alors il n’est pas si gratuit que ça, vous et surtout vos données sont le produit. Faites très attention !

Évidemment, comme pour tout, certains logiciels libres sont équivalents aux logiciels propriétaires comparables, d’autres sont meilleurs, et d’autres sont moins bien (voir innexistants), et vice versa. Et il y a des raisons à celà comme les relations étroites entre industriels et entreprises éditrices de logiciels propriétaires, mais ce sera pour un prochain article !

Pour finir, le logiciel libre, de part son éthique, respecte l’utilisateur, et le logiciel propriétaire fait croire qu’il le respecte. Juste une petite nuance.

640px-Carte_conceptuelle_du_logiciel_libre.svg

 

« Carte conceptuelle du logiciel libre » par René Mérou [h(at)es.gnu.org] and this list of authors related to the icons in http://es.gnu.org/~reneme/fsmap/fsmap-contents.svg : Rubén Rodríguez Pérez, Sun Microsystems, Hitflip team, Ricardo Fernandez Fuentes, David Vignoni, User: Aurelio A. Heckert, (Larry Ewing, Simon Budig and Anja Gerwinski), Agnieszka « pixelgirl » Czajkowska, Frédéric Bellaiche, Sven (Wikipedia), Everaldo Coelho, Ruud Kuin, Nicolas P. Rougier, The Oxygen Team, The GIMP art/developer team, David Šebík, Gryn Frøiland and Håvard Frøiland, Scribus team, Yug, Tango-artists, GNUX Art, ‘Cathbard Druid’, Joshua « Jag » Ginsberg and the Apache Software Fundation. For this and the Gnome theme extras follow that link for more details. — http://es.gnu.org/~reneme/fsmap/fr/fsmap-fr-w.svg. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons – https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Carte_conceptuelle_du_logiciel_libre.svg#/media/File:Carte_conceptuelle_du_logiciel_libre.svg

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*